Follow

@AnnaBalade oui, il me semble que ça fait partie des enjeux de cette directive, comment laisser le choix aux usagers. Je n'ai pas encore creusé la question

· · Web · 2 · 1 · 0

Oui @AnnaBalade !

Cependant, la directive impose, si le chiffrement de bout-en-bout existe dans la solution, que l'API soit ouverte et que le chiffrement de bout-en-bout soit préservé même si on utilise autre chose.

@nolwennm

@lutindiscret
Il reste toujours le problème de la confiance. Chiffré de bout en bout c'est bien, mais dans le cadre d'une conversation d'un utilisateur signal vers un utilisateur WhatsApp, on sait que sur signal, la clé est en local, dans l'appareil. Mais comment avoir confiance en WhatsApp de où il stocke les clé de chiffrement. Et même si c'est uniquement en local. Qu'est ce qui assure que l'appli va pas envoyer la discussion en clair sur leur serveur, une fois déchiffré ?

L'interopérabilité c'est bien (même indispensable) mais ça couvre assez peu les enjeux de vie privé.

Aussi ça me rend fous de devoir rendre obligatoire par des lois l'interopérabilité des logiciels (particulièrement de messagerie) quand on sait que de nombreuses messagerie propriétaire était en faite basé sur XMPP (Facebook et Skype de mémoire) ou IRC (Twitch encore aujourd'hui) et que derrière ça verrouillé tout au calme pour empêcher l'interopérabilité naturelle...

@AnnaBalade @nolwennm

@lutindiscret @Purexo @AnnaBalade @nolwennm idealement il faudrait donner le choix a l'utilisateur pour qu'il decide si son message peut partir sur une autre plateforme ou non. Soit par message avec un défaut, soit par un switch...

@nolwennm @AnnaBalade Il y a une option un peu brutale qui consiste à bloquer l'instance tout entière. Si Twitter ou Whatsapp deviennent des instances du fédiverse, par exemple, on peut très bien les bloquer (perso je le ferai pas)

Sign in to participate in the conversation
mastodon.design

A Mastodon instance for and by people who make things!