Follow

[FR]

Excellent article pêché par @Silvae qui fait état (une fois encore) de la dominance impressionnante des logiciels et plateformes propriétaires qui vont jusqu'à définir notre manière de communiquer et d'accéder (ou non) à des services publics, et quel rôle capital les institutions ont à jouer.

theconversation.com/pour-en-fi

Toujours le même bémol de mon côté : nous DEVONS faire en sorte que les alternatives libres soient aussi faciles à prendre en main et à comprendre. Tant qu'ils demanderont des efforts et une courbe d'apprentissage longue, voire pénible, les solutions propriétaires qui ont travaillé le sujet en toute connaissance de cause seront préférées aux alternatives libres.

"« Le numérique » n’existe pas comme phénomène uniforme. Il y a dans les pratiques et les technologies des univers différents et parfois même opposés. Nous devons en être conscients et agir de conséquence. Il faut lutter pour que le monde ne se réduise pas à la propriété d’une poignée d’entreprises."

@mcpaccard Et j’irais même un peu plus loin en disant que faire « aussi bien » ne suffira pas à provoquer une bascule. Il nous faut être véritablement innovant et inventer des communs 10x plus intéressants que les produits actuellement en place. Y’a du boulot (!) mais c’est faisable avec une bonne organisation :)

@TritTriton @mcpaccard De bons arguments dans cette discussion en effet.
Le truc du "plus facile de faire basculer sur du payant si équivalent ou mieux plutôt que du gratuit moins bien" c'est bien juste pour moi et mes amis...

@Marie-Cécile Godwin Paccard Je ne suis pas sûr que ce soit un problème de facilité d'utilisation que d'habitudes à changer. Il y a des outils libres très simples qui ne sont pas plus utilisés que ça parce que la plupart des gens ont du mal à changer d'habitudes. On veut des outils libres mais qui doivent ressemeler à aux GAFAM... Les outils propriétaires ont rendu les gens paresseux, là est le vrai problème à mon avis.

@lh31 tu as raison sur le constat :) et tant que les personnes ne seront pas prêtes à faire l’effort supplémentaire, on fait quoi ? On attend qu’elles apprennent les lignes de commande ? Je pense qu’on a beaucoup de choses géniales à penser pour les aider, en termes d’onboarding, documentation accessible au commun des mortels sans connaissance en informatique, en interface et en expérience. On peut le faire, littéralement rien ne nous en empêche ^^

@lh31 et on veut surtout des outils libres qui sont « aussi faciles à prendre en main » que les GAFAM à mon avis ^^ on ne peut pas mettre tout le poids des efforts de familiarisation, de recherche et d’apprentissage sur les épaules des utilisatrices & teurs, or c’est ce qui est fait aujourd’hui.

@mcpaccard
J'ai toujours autant de mal à comprendre ce qui serait soit disant moins facile à prendre en main chez les logiciels libres.
LO Writer est-il vraiment si différent de Word? Firefox beaucoup plus compliqué que Edge?
Les différences en font des outils vraiment + difficiles à utiliser, ou juste des outils dont on n'a pas l'habitude ?

Cet article a raison: les gens s'habituent à ces logiciels car il y a toutes sortes de pressions, pas parce que les LL sont plus compliqués.

@stroibe974 je prends un exemple tout simple : ça fait des années que je fais des formulaires en ligne, avec diverses solutions plus ou moins faciles à prendre en main. Passer de Google Forms à Framaforms, c'est non seulement du temps à s'autoformer (trouver la bonne fonctionnalité qui va faire ce qu'on souhaite obtenir, prendre ses repères, s'habituer au comportement du soft). Mais c'est aussi énormément de perte de confort dans la modélisation des résultats, l'export, gestion des droits etc

@stroibe974 oui certains outils sont plus durs à utiliser (Framaforms en fait partie), le changement des habitudes n'est qu'un des aspects qui vient s'ajouter à la courbe d'apprentissage. J'éprouve également énormément de problèmes pour apprendre à installer mes propres instances. J'ai mon instance Masto grâce à @mastohost mais même avec des connaissances en info, pas mal de mes contacts ont été incapables d'installer un pad par exemple.

@stroibe974 je continue avec l'exemple du fediverse et de Mastodon : nombre des mes ami·es, mon mari inclus, n'ont toujours pas saisi le principe des instances, malgré mes (piètres) explications, alors qu'ils comprennent des concepts d'interopérabilité comme les fournisseurs d'adresses e-mail. Sans vulgarisation, on se cantonne à utiliser les outils libres entre nous, entre privilégié·es qui ont eu accès à de l'instruction informatique ou le temps de se former.

@stroibe974 tous les LL ne sont pas forcément compliqués, mais les machines propriétaires décuplent d'efforts pour être utilisables en très peu de temps, pour embarquer le plus facilement possible afin de répondre à leurs objectifs marketing. Le libre n'a pas cette contrainte et se contente souvent de quelque chose qui fonctionne. Si ce quelque chose est plus long ou difficile à prendre en main que l'alternative "gratuite" propriétaire, pourquoi se faire ch*er :D

je persiste, pour moi ce n'est pas un problème technique de facilité d'usage. Friendica ou Mastodon ne sont pas plus difficiles à utiliser que Facebook ou Twitter, voire même l'inverse. Signal, Wire ou Jami sont nettement plus conviviaux que Whatsup, Pixelfed est bien plus simple que Instagram, etc... La liste est longue. Non, les gens restent sur FB parce que "tout le monde y est", on reste sur whatsapp parce que "tous le monde y est". Même quand ils et elles sont convaincu(e)s des arguments contre les les GAFAM, la plupart des gens ne les quittent pas par peur de perdre le contact avec leurs ami(e)s et familles. La grosse difficultés est là, et je reste convaincu que c'est dans cette direction qu'il nous faut travailler, et non pas sur l'argument technique uniquement.

@mcpaccard
Le problème vient également de l'éducation national qui façonne les enfants avec des outils propriétaires et ne leur apporte pas les fondamentaux qui pourraient leur permettre de rester Libre de pouvoir s'adapter à différents bureaux en fonction de leurs affinités KDE, Gnome, Enlightnment, etc. Le danger n'est pas la fragmentation mais l'uniformisation.
@Silvae

@Marie-Cécile Godwin Paccard @UNLTD
Il faut dire aussi que les grandes organisations (partis, syndicats, ONG, associations humanitaires), de qui on pourrait légitimement attendre une plus grande implication dans le libre, ne nous aident pas beaucoup. je n'en connais quasiment aucune qui a adopté le logiciel libre dans sa communication. C'est quand même souvent de là que vient l'effet d'entrainement le plus efficace. Et je ne parle même pas des médias qui, à longueur de journée, font la promotion de FB, Twitter et Cie sans sourciller.
Sign in to participate in the conversation
mastodon.design

A Mastodon instance for Designers and Makers of all things — Developers, Engineers, Builders, Creators, Tinkerers & Misfits!Though you make design your life, all that inspires you is also welcome here.